Le Dhamma de la Forêt






Mangala Sutta (Sn 2.4)

« Les bénédictions »

Traduit par Jeanne Schut

http://www.dhammadelaforet.org/




roue.jpg



Le mot mangala signifie « bénédiction », « signe de bon augure » ou « bon présage ». Dans l'Inde ancienne, les gens voulaient savoir ce qu’était une véritable bénédiction, la chose qui rendrait leur vie heureuse. Cette question semble même avoir été soulevée parmi les dévas (les déités) dans les sphères célestes. Pendant douze ans, les dévas ont débattu et discuté ce thème sans pouvoir se mettre d’accord. Certains considéraient qu’une bénédiction est quelque chose qui est agréable aux sens, mais aucune réponse satisfaisante n'a pu être obtenue.

Sakka, le plus grand des dévas, a donc été consulté et celui-ci a conseillé de poser la question au Bouddha. Ainsi, au milieu de la nuit, une certaine déité, dans toute sa splendeur, s’est approché du Bouddha et lui a demandé ce qu’était véritablement une bénédiction. En réponse, le Bouddha a prononcé ce discours connu sous le nom de Mangala Sutta, dans lequel les trente-huit plus grandes bénédictions sont énumérées.

Ces trente-huit bénédictions sont de nature éthique et spirituelle. Le Mangala Sutta peut être considéré comme un ensemble de recommandations et d’instructions du Bouddha pour nous conduire sur le chemin de la vie qui mène à la libération de la souffrance.



Ainsi ai-je entendu. À une certaine occasion, le Bouddha résidait au monastère d'Anathapindika, dans le bosquet de Jeta, près de Savatthi. Bien après la tombée de la nuit, un déva dont la splendeur inégalée illumina tout le bosquet, se présenta devant le Bouddha. Il s'approcha, le salua respectueusement et se tint debout sur le côté. Puis il s'adressa au Bouddha en vers :


Beaucoup de dévas et d’êtres humains, aspirant au bien,

se posent des questions à propos des bénédictions.

Faites-nous savoir, nous vous en prions

quelle est la plus grande des bénédictions.

[Le Bouddha répondit :]

Ne pas s'associer aux insensés

mais se rapprocher des sages,

honorer ceux qui sont dignes d'hommage –

telle est la plus grande bénédiction.


Résider dans une lieu convenable,

avoir fait des actions méritoires dans le passé

et s’être engagé sur une voie juste –

telle est la plus grande bénédiction.


Avoir de vastes connaissances, être habile dans son travail,

s’être exercé dans la discipline et l’avoir maîtrisée,

s’exprimer avec des mots justes et bons –

telle est la plus grande bénédiction.


Soutenir mère et père,

chérir femme et enfants

et s'engager dans des activités paisibles –

telle est la plus grande bénédiction.


Donner avec générosité, être droit dans sa conduite

aider ses proches

et être irréprochable dans ses actions –

telle est la plus grande bénédiction.


Empêcher le mal et s'en abstenir,

Éviter toute forme d’intoxicants

et être inébranlable dans la vertu –

telle est la plus grande bénédiction.


Être respectueux, humble,

satisfait, reconnaissant

et écouter le Dhamma en temps opportun –

telle est la plus grande bénédiction.


Être patient, accepter les conseils

se rapprocher des sages

et parler du Dhamma en temps opportun –

telle est la plus grande bénédiction.


La retenue des sens, une vie noble et saine,

comprendre les Nobles Vérités

et réaliser le Nibbana –

telle est la plus grande bénédiction.


Un esprit qui demeure serein

face aux aléas de la vie,

libéré du chagrin, des impuretés et de la peur –

telle est la plus grande bénédiction.


Ceux qui se comportent ainsi

restent invincibles où qu’ils soient,

fermement établis dans le bonheur.

telles sont les plus grandes bénédictions.